Energétique Traditionnelle Chinoise

samedi 23 octobre 2010

Le Tao de Pooh

Quelle sympathique idée d’écrire un livre qui explique les principes du taoïsme à travers Winnie-the-Pooh, cet adorable petit ours qui vagabonde ici et là en posant des questions idiotes et traverse toutes sortes d’aventures, sans jamais accroître son quotient de connaissance intellectuelle ni perdre ce bonheur naïf qui est le sien.
C’est donc en compagnie de Winnie l’Ourson, avec ses amis de toujours, Bourriquet qui se tourmente, Porcinet qui hésite, Coco Lapin qui calcule et Maître Hibou qui pontifie, que le lecteur trouve son chemin à travers les principes du taoïsme. 
Si nous étions malins, nous choisirions la Voie de Pooh. Car les sages sont des Enfants-Qui-Savent. Qui savent quoi ? Lisez ce livre et vous le saurez.

"Pooh, qu’est-ce que tu aimes faire le plus au monde ?"
"Eh bien", commença Pooh, "ce que j’aime faire le plus au monde…", puis il dut s’arrêter pour réfléchir. Parce que, même si manger du miel était une chose qu’il aimait énormément faire, il y avait un moment juste avant de commencer à manger qui était encore meilleur que quand on mangeait, seulement il ne savait pas comment appeler cela.
Le miel n’a plus aussi bon goût une fois qu’on a commencé à la manger. Comment pourrait-on appeler cet instant se trouvant juste avant de commencer à manger du miel ? Certains diront que c’est de l’anticipation, mais c’est sans aucun doute plus que cela : nous pourrions l’appeler conscience. C’est ce qui est là lorsque nous sommes heureux et nous en rendons compte, même si ça ne dure qu’un instant. Mais en jouissant du processus, il est possible d’étendre cette conscience de manière à ce qu’elle dure plus qu’un instant et recouvre l’ensemble. Ainsi, il est possible d’en profiter très longtemps. Exactement comme Pooh.
Aussi, lorsqu’il eut réfléchi à tout cela, il dit : 

- Ce que j’aime le plus au monde, c’est venir avec Porcinet te rendre visite, et toi, t’entendre dire, "Que penseriez-vous de prendre un petit quelque chose ?", et moi te répondre, "Bien, je ne dirais pas non, qu’en penses-tu Porcinet ? et ceci, tandis que dehors ce serait une journée bourdonnante et que les oiseaux chanteraient.

Comme l’a écrit le poète Lou Yu :
Les nuages dans le ciel se regroupent et se séparent
La brise dans la cour s’en vient et repart
La vie est semblable, pourquoi ne pas se détendre ?
Qui peut nous empêcher de la célébrer ?"
(Benjamin HOFF, Le Tao de Pooh, Ed. Picquier Poche)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire